Chroniques J'ai lu

J’ai lu #1 – Før, Clément Flahaut

NB : Før, de Clément Flahaut, est un roman que j’ai pu corriger et qui est sorti le 26/08/20.


For, de Clément Flahaut

« Le paranormal se dit des phénomènes ne semblant pas s’inscrire dans le cadre des lois scientifiques actuellement établies. »

Depuis son plus jeune âge, Skøll rêve d’un garçon, dans une autre maison avec une autre famille. Une autre histoire qui fut peut-être un jour la sienne. Il croit voir ce que les journaux appelleront une vie antérieure.
Lassé de ce déferlement médiatique, le jeune homme emménage pour un mois dans la demeure qui fait face à celle qu’il voit la nuit. Une maison qu’il pense connaître dans le moindre détail.

En quête d’indices, Skøll se doit de donner une réponse au mystère de ses nuits. Un mois seulement pour prouver au monde mais surtout à lui-même qu’il n’est pas fou. Et cela au risque d’y laisser ses fantômes, son cœur ou sa propre famille.

Før, écrit et illustré par Clément Flahaut.

On suit Skoll, personnage qui vient s’installer dans un manoir pour le mois à venir avec en tête une idée bien précise. Comprendre qui est l’homme qu’il voit dans ses rêves depuis l’enfance. Et cet homme, c’est Basile, qui vit dans la demeure d’en face. C’est ainsi que commence Før, de Clément Flahaut.

J’ai passé un très bon moment de lecture. L’intrigue est des plus intéressantes, ce mélange entre le passé, le présent et le futur est un vrai casse-tête mais au fur et à mesure que les pièces de ce puzzle s’assemblent, la lanterne s’éclaire petit à petit et c’est assez satisfaisant. On se prend vite au jeu, de tenter ce comprendre ce qui lie ces deux familles en apparence assez différentes.

On se pose mille et une question sur ce qu’il s’est passé, ce qu’il se passera ensuite mais aussi sur les véritables ambitions de chacun des personnages qu’on rencontre. Clément Flahaut, l’auteur, sait nous emmener là où il le veut très précisément, pour ensuite nous faire revenir en arrière et nous montrer ce qu’on a loupé jusque-là. L’intrigue est absolument bien menée.

Si j’ai eu du mal avec le personnage de Skoll, j’ai cependant adoré son évolution. Finalement, ça fait partie de ces choses absolument importantes quand je lis un roman : à mon sens, on ne peut pas retrouver les personnages dans le même état d’esprit au moment où l’on commence la lecture et quand on la termine, et je crois que ce roman en est une belle illustration. Les autres personnages, secondaires pour la plupart, m’ont aussi beaucoup plu.

Qu’il s’agisse de la famille de Skoll, ou celle de Basile, j’ai trouvé qu’ils avaient un réel effet sur la dynamique du roman et n’étaient pas là pour rien. Les caractères de chacun – en fonction, entre autres, de la façon dont ils ont vécu – sont très bien visibles et on a une certaine crédibilité qui se dégage de chacun d’eux qui vient rendre le tout plus cohérent.

Et puis, évidemment on a aussi l’écriture. Pour avoir lu le premier roman de Clément Flahaut, que j’avais bien aimé aussi, on remarque assez vite la différence. Før est assez différent. Il existe une réelle évolution, et c’est vraiment plaisant à voir.

En ce qui concerne la fin, il faut savoir que généralement, je les apprécie. Jamais plus, jamais moins. Je ne le déteste pas, mais je ne les trouve pas géniales, tout comme je dis rarement que je n’ai pas vraiment aimé ou que j’ai beaucoup aimé. Pour le coup, j’ai beaucoup aimé. C’est le genre de fin que moi, j’apprécie. Je ne vous en dirai rien de plus, mais moi, je suis comblé en tant que lecteur parce c’est assez rare qu’une fin me fasse cet effet un peu indescriptible mais que j’aime tellement quand je referme un livre et qui me prouve que je n’ai pas perdu mon temps.


Liens et informations utiles :

Acheter Før, disponible au prix de 12,55€. Si vous avez lu ce roman et aimé, je ne peux que vous inviter à soutenir Clément Flahaut en commentant son roman sur amazon ou sur les sites communautaires. Vous pouvez aussi suivre l’auteur sur ses réseaux : facebook.


Pour lire d’autres chroniques

Chronique - Yencil, le Stratège, par Jean-Marc Dopfer Chronique - PS : Si un jour tu me lis, Léa Claran Chronique - Love Inside, de Mélanie de Coster

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *