Chroniques J'ai lu

J’ai lu #5 – Le crépuscule d’Aurore, Rose

Aurore Reed, Le crépuscule d'Aurore, par ROSE, chroniqueAurore Reed est demandée au comptoir d’enregistrement. Dernier appel pour Aurore Reed au comptoir d’enregistrement. »

Aurore, bientôt trente ans, est une jeune femme qui répand autour d’elle une réelle joie de vivre. Personne ne peut s’imaginer que, derrière les apparences, elle dissimule son lot de secrets et de blessures.

Le dernier jour de ses vacances en Nouvelle-Calédonie, une île française du bout du monde, elle disparaît.

Ce mystère va entraîner la police de Nouméa dans une enquête sans répit  pour retrouver sa piste. Les langues vont se délier, les secrets  d’Aurore éclater au grand jour et être exposés aux jugements de tous. Un  à un, les masques vont tomber.

Dans cette histoire rythmée et au dénouement palpitant, Rose nous immerge dans la vie riche en émotions d’Aurore et nous fait naviguer dans la complexité de l’âme  humaine.

Le crépuscule d’Aurore, écrit par Rose

Je lis assez peu de romans policiers, si ce n’est quelques grands noms du genre tels qu’Agatha Christie ou Harlan Coben. Ils sont, je crois, mes seules références dans le domaine et j’avais envie d’essayer autre chose. Je suis un curieux par nature, et j’aime diversifier mes lectures le plus possible. C’est pourquoi je me suis lancé dans cette lecture, dont le résumé m’a beaucoup attiré. Après lecture, je dois avouer que je suis bien content que le résumé n’en dise pas trop – c’est parfois le cas avec le policier et ça a tendance à m’agacer. 

On entre dans le roman avec une plume légère, et très fluide. Les premières pages défilent à une vitesse ! On ne les voit pas passer, on est assez pris dans ce qu’il se passe et c’est très plaisant. On découvre dès le départ un certain nombre de personnages et comprend rapidement que le roman va être plein de surprises. C’était un très bon début. 

Mais, malheureusement, la suite m’a un peu moins plu. C’est loin d’être mauvais – au contraire, ça en reste une assez bonne lecture en soi – mais il m’a manqué un certain nombre de choses. 

En premier lieu, je dirai que ce qui m’a beaucoup dérangé, c’est justement cette multiplicité de personnages. Au départ, j’ai trouvé ça intéressant de voir qu’on serait un peu partout à la fois – pour un roman de ce genre c’est une chose qui peut être très utile au lecteur. Mais j’ai trouvé que tous les personnages se ressemblaient. Ils manquaient de profondeur. J’avais l’impression qu’ils n’étaient principalement que des prénoms, et c’était pas toujours simple de dissocier tout le monde. J’ai fini par me perdre et me demander à quelques reprises : “mais qui c’est, ça ?” et c’est dommage. 

Ensuite, et c’est un peu lié à ce que je dis plus haut, j’ai trouvé que ça s’enchaînait assez rapidement. J’avais envie d’avoir des détails, je pense que ce genre est un genre qui peut se permettre de prendre son temps – c’est en tout cas mon ressenti personnel mais comme je le disais, je ne suis pas un expert. Mais pour le coup, ça allait assez vite et on ne se concentrait, à mon sens, pas assez sur les émotions des personnages, leurs ressentis. Je n’ai pas eu tellement de retour sur la façon dont les personnages vivaient cette situation et je ne me suis pas entièrement attaché à eux. J’étais trop extérieur. 

Puis, la fin m’a presque déçue. Je l’ai trouvée un peu évidente. Bien sûr, à quelques détails près, mais sur le gros point, j’avais raison et s’il y a bien un genre où je n’aime pas avoir raison, c’est celui-là. Comme, en plus, on était assez servi en petites surprises, j’avais espéré que la fin continue sur cette lignée là. 

Au-delà de ça, ça reste une bonne lecture. C’était agréable, et fluide. S’il m’a manqué des choses, ça n’en reste pas moins un écrit assez qualitatif.


Liens et informations utiles 

Acheter Le Crépuscule d’Aurore, disponible au prix 17,99€. Si vous avez lu et aimé ce roman, je vous invite à soutenir l’autrice en postant un commentaire sur amazon ou sur les sites communautaires. Vous pouvez aussi suivre l’autrice sur Instagram.


Pour lire d’autres chroniques

Chronique - Yencil le stratège Chronique - PS si un jour tu me lis Chronique - Love Inside, de Mélanie de Coster

Vous pourriez également aimer...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *