Auteurices J'ai lu

L’autrice #4 – Erika Boyer

Hello everybody. Aujourd’hui, c’est l’autrice Erika Boyer qui a accepté de se présenter à vous au travers d’un petit portrait chinois que je lui ai concocté. Bonne lecture !


Quelques romans d’Erika Boyer…


Le portrait chinois d’Erika Boyer…
  • Si tu étais une saison, tu serais…

L’hiver parce que c’est une saison où je me sens sereine, en paix, heureuse.

  • Si tu étais une émotion, tu serais…

L’amour, sans aucune hésitation ! (C’est un sentiment plus qu’une émotion, ça marche quand même ?)

  • Si tu étais une date, tu serais…

Entre le 8 et le 9 avril 1990.

  • Si tu étais un film de Noël, tu serais…

Love Actually parce que c’est le premier qui me vient ?

  • Si tu étais un livre de Noël, tu serais…

Il faut parfois déplier les étoiles, bien sûr !

  • Si tu étais un pays, tu serais…

L’Espagne, c’est dans mon sang, mais dans mon cœur, un pays très froid, je pense. (J’adore le froid !)

  • Si tu étais une ville du Japon, tu serais…

Kyoto ou Osaka, quelque part avec de jolis temples et des coins de nature.

  • Si tu étais un groupe de KPOP, tu serais…

SHINee, cela va sans dire ♡

  • Si tu étais l’un des tes romans, tu serais…

Sous le même ciel.

  • Si tu étais une constellation, tu serais…

Le Triangle, elle me parle bien, et si tu lis L’encre du passé, tu comprendras pourquoi ; )

  • Si tu étais une pâtisserie, tu serais…

Un cannelé parce que je viens de Bordeaux ?

  • Si tu étais un vœux d’Eliott, tu serais…

« J’aimerais m’allonger dans l’herbe avec Sora et regarder les étoiles. »

  • Si tu étais un vœu personnel, tu serais…

« Je souhaite ne jamais cesser de croire. »

  • Si tu étais un objet de la box Il faut parfois déplier les étoiles, tu serais…

La bougie parce qu’elle est synonyme de première fois, tentative, maladresse, mais détermination !

  • Si tu étais un personnage d’Il faut parfois déplier les étoiles, tu serais…

Un savant mélange de Sayaka, d’Eliott et d’Elisa, je pense !

  • Si tu étais une citation d’Il faut parfois déplier les étoiles, tu serais…

« C’est un tel désordre en moi que si mon corps était une chambre, ma mère me punirait au moins un mois d’avoir osé la mettre dans cet état », parce qu’au-delà du fait que j’étais une gamine désordonnée, j’ai toujours pensé que c’était en moi qu’était le plus grand désordre ha ha !


Pour découvrir d’autres auteurs et autrices :

clément flahaut
Clément Flahaut
le chroniqueur de la tour
Le chroniqueur de la Tour

 

 

Vous pourriez également aimer...

2 commentaires

  1. Encore merci pour ce portrait chinois, c’était bien sympa à faire **

    1. Merci à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *