Publié le Laisser un commentaire

[L’auteur #3] Clément Flahaut, le portrait (chinois)


Bonjour tout le monde ! 

On se retrouve aujourd’hui avec un nouveau portrait chinois – et oui, encore un ! mais que voulez-vous, il y a tant d’auteurs et autrices que je veux vous faire découvrir – et c’est celui de Clément Flahaut ! 

Il est notamment l’auteur de Før et de Supernova, ainsi que de Nébuleux, à paraître le 08 septembre ! 


Portrait chinois de Clément Flahaut


  • Si tu étais une saison, tu serais…

L’hiver.

  • Si tu étais un de tes romans, tu serais…

Supernova ; un condensé de bonne humeur (enfin, on essaye haha).

  • Si tu étais un personnage de Supernova, tu serais…

Lockhart. J’aurais aimé répondre Saturnin, mais le tempérament du journaliste me correspond beaucoup plus !

  • Si tu étais une émotion, tu serais…

L’impatience.

  • Si tu étais une date, tu serais…

23 novembre. Pensez à me souhaiter ma fête !

  • Si tu étais une série, tu serais…

Quoi ? Il ne faut en choisir qu’une ?! Westworld. Et The Walking Dead… Et Preacher.

  • Si tu étais un film, tu serais…

A Cure for Life.

  • Si tu étais un personnage de ta série préférée, tu serais…

Cassidy [de Preacher] ! Il est si fun !

  • Si tu étais un rêve, tu serais…

Un oiseau multicolore.

  • Si tu étais un auteur, tu serais…

Frank Herbert (en ce moment, je suis trop dans Dune pour vous dire quelqu’un d’autre).

  • Si tu étais un personnage de Før, tu serais…

Basile. Skøll ne me ressemble définitivement pas.

  • Si tu étais un repas, tu serais…

Une bonne pizza !

  • Si tu étais un pays, tu serais…

La Norvège ou le Vietnam. Les deux destinations qui me font le plus rêver depuis des années. On part quand ?

  • Si tu étais une boisson, tu serais…

De l’eau plate.

  • Si tu étais une ville que l’on peut voir dans un de tes romans, tu serais…

Kristiansund (Norvège, love)

  • Si tu étais une scène d’un de tes romans, tu serais…

La scène du bal populaire dans Supernova. Lorsque Saturnin et Lockhart se fondent dans la foule, au milieu des valses, et profitent de la nuit pour échanger un baiser interdit et caché, en public.


Vous pouvez retrouver Clément Flahaut sur ses différents réseaux sociaux : Instagram, Twitter et Facebook.


Clément Flahaut - Nébuleux

« La vie de Charlie est une véritable tragédie.

En décidant de vivre pleinement son amour avec un autre garçon, Charlie savait qu’il jouait à un jeu dangereux.

Des années après, à l’aube des années 80′, il pense avoir refait sa vie. Son travail, son patron, son petit cocon : tout le rend heureux. Ou du moins, il le croit. À moins qu’un nouvel incident ne vienne bousculer ce quotidien tout neuf et que le destin n’ait pas fini de jouer avec lui ?

Malgré tout, une flamme intérieure le pousse à continuer pour que bientôt, il puisse atteindre la lumière qu’il voit depuis toujours au fond du tunnel. »


Nébuleux est une nouvelle qui se situe dans l’univers de Supernova, à paraître le 08 septembre 2021 ! 


Si vous avez aimé ce portrait chinois, vous pouvez retrouver celui de Tia Wolff ou d’Erika Boyer

Publié le Un commentaire

[L’autrice #2] – Tia Wolff, le portrait (chinois)


Bonjour tout le monde ! 

Me revoilà, avec un nouveau portrait chinois, celui de Tia Wolff. 

Tia Wolff est l’autrice de la saga Anthea, de Au comptoir des murmures, et de Et je t’ai entendu sourire, à paraître le 21 septembre. Je vous laisse avec le portrait chinois auquel elle a gentiment accepté de répondre.


Portrait chinois de Tia Wolff


  • Si tu étais une saison, tu serais…

Le printemps avec sa brise matinale et ses températures douces l’après-midi, quand tout semble reprendre vie.

  • Si tu étais un des 4 éléments, tu serais…

L’eau. Calme au premier abord mais puissante et imprévisible.

  • Si tu étais un des 4 tomes d’Anthea, tu serais…

Peut-être le 3ème parce qu’il montre la complexité des personnages et j’aime sa construction différente des autres.

  • Si tu étais une émotion, tu serais…

Inspirée.

  • Si tu étais une date, tu serais…

Le 21 septembre 2021. Pour la sortie de mon prochain roman J

  • Si tu étais une série, tu serais…

Veronica Mars. C’est cette série qui m’a remise à l’écriture et m’a fait rencontrer de très belles personnes.

  • Si tu étais un personnage d’Au comptoir des murmures, tu serais…

Erynn. Pour son envie de voyager principalement.

  • Si tu étais un pays, tu serais…

L’Espagne. C’est ma seconde maison après la France.

  • Si tu étais un rêve, tu serais…

Un mélange de fiction et de réalité où des personnages rencontrent des acteurs ou mes connaissances tout en passant de chez moi à un lieu imaginaire juste en ouvrant une porte.

  • Si tu étais une ville, tu serais…

New York. J’aime cette ville cosmopolite et son énergie. Elle dégage un truc de spécial qui m’a tout de suite plu.

  • Si tu étais un(e) auteur(e), tu serais…

Taylor Jenkins Reid. Plus je lis ses romans, plus j’aurais aimé les écrire.

  • Si tu étais un repas, tu serais…

Un qui passe vite, je n’aime pas trainer des heures à table.

  • Si tu étais une phase de la lune, tu serais…

La nouvelle lune, quand toutes les étoiles brillent fort dans le ciel et que la nuit garde ses mystères.

  • Si tu étais une boisson, tu serais…

Un bon verre de blanc doux bien frais siroté en regardant un coucher de soleil sur l’océan.


Vous pouvez retrouver Tia Wolff sur ses différents réseaux sociaux : Instagram, Facebook, Twitter et également sur son site.


Tia Wolff


Si vous avez aimé ce portrait chinois, découvrez également celui d’Erika Boyer

Publié le 3 commentaires

[L’autrice #1] – Erika Boyer, le portrait (chinois)


Bonjour tout le monde ! 

Le blog reprend (enfin) du service, et aujourd’hui je vous (re)propose le portrait chinois d’Erika Boyer. Vous vous en vous souvenez peut-être, ou pas, mais je l’avais déjà proposé,  à la suite de ma lecture d’Il faut parfois déplier les étoiles. Lors de la refonte du site, j’ai donc enlevé tous les articles de ce blog, mais aujourd’hui, ils sont de retours, petit à petit… 

Depuis, j’ai aussi lu Sous le même ciel de la même autrice, et comme pour Il faut parfois déplier les étoiles, ç’a été un coup de coeur. Il me tarde donc de découvrir d’autres de ses romans… J’ai d’ailleurs chez moi son recueil de poésie, et les trois tomes de sa saga Tout en nuances, dont le 4è est d’ailleurs actuellement en précommandes

BREF. Assez parlé, je vous laisse avec le portrait chinois d’Erika Boyer. 


  • Si tu étais une saison, tu serais…

L’hiver parce que c’est une saison où je me sens sereine, en paix, heureuse.

  • Si tu étais une émotion, tu serais…

L’amour, sans aucune hésitation ! (C’est un sentiment plus qu’une émotion, ça marche quand même ?)

  • Si tu étais une date, tu serais…

Entre le 8 et le 9 avril 1990.

  • Si tu étais un film de Noël, tu serais…

Love Actually parce que c’est le premier qui me vient ?

  • Si tu étais un livre de Noël, tu serais…

Il faut parfois déplier les étoiles, bien sûr !

  • Si tu étais un pays, tu serais…

L’Espagne, c’est dans mon sang, mais dans mon cœur, un pays très froid, je pense. (J’adore le froid !)

  • Si tu étais une ville du Japon, tu serais…

Kyoto ou Osaka, quelque part avec de jolis temples et des coins de nature.

  • Si tu étais un groupe de KPOP, tu serais…

SHINee, cela va sans dire ♡

  • Si tu étais l’un des tes romans, tu serais…

Sous le même ciel.

  • Si tu étais une constellation, tu serais…

Le Triangle, elle me parle bien, et si tu lis L’encre du passé, tu comprendras pourquoi ; )

  • Si tu étais une pâtisserie, tu serais…

Un cannelé parce que je viens de Bordeaux ?

  • Si tu étais un vœux d’Eliott, tu serais…

« J’aimerais m’allonger dans l’herbe avec Sora et regarder les étoiles. »

  • Si tu étais un vœu personnel, tu serais…

« Je souhaite ne jamais cesser de croire. »

  • Si tu étais un objet de la box Il faut parfois déplier les étoiles, tu serais…

La bougie parce qu’elle est synonyme de première fois, tentative, maladresse, mais détermination !

  • Si tu étais un personnage d’Il faut parfois déplier les étoiles, tu serais…

Un savant mélange de Sayaka, d’Eliott et d’Elisa, je pense !

  • Si tu étais une citation d’Il faut parfois déplier les étoiles, tu serais…

« C’est un tel désordre en moi que si mon corps était une chambre, ma mère me punirait au moins un mois d’avoir osé la mettre dans cet état », parce qu’au-delà du fait que j’étais une gamine désordonnée, j’ai toujours pensé que c’était en moi qu’était le plus grand désordre ha ha !


Vous pouvez retrouver Erika Boyer sur ses différents réseaux sociaux : Instagram, Facebook, Twitter, et également sur son site.


Erika Boyer - Sous le même cielErika Boyer - Adel, Tout en nuances Erika Boyer - Il faut parfois déplier les étoiles