Adeline Henry 

Nous avons ensemble travaillé sur une nouvelle, pour un appel à textes sur le thème de la chimère. Mon travail avec Adeline a été l’un de mes premiers en tant que correcteur. Pour vous rendre sur son site, c’est par ici. Pour ce travail, Adeline a opté pour une correction de langue uniquement.

   Son avis

« Je cherchais un correcteur pour mes futurs textes. En fait, à ce moment je me posais juste la question de comment cela se passait. J’ai apprécié ton professionnalisme dès nos premiers échanges. Du coup je ne me suis pas posé plus de questions, une fois que j’ai eu un texte qui devait partir pour un appel à texte, j’ai voulu tester.

Après tout, avoir un texte correctement corrigé est important quand on veut être professionnel en tant qu’auteur. Je ne suis absolument pas déçue de ma décision. Entre ton rendu clair et précis, ta rapidité et la facilité des échanges, je ne sais pas quoi mettre en avant. Tu dégrossis très bien le terrain, il n’y a plus qu’à suivre tes remarques. Il me semble avoir presque tout gardé, car tu ne dénatures pas le texte initial. Tes propositions conservent une fluidité avec le reste du texte. »


Clément Flahaut

Travail sur le texte de Clément FlahautJ’ai travaillé avec lui sur son roman Før, qu’il a aujourd’hui auto-édité, et son roman Carrés Blancs. Pour ces deux romans, Clément a opté pour des corrections de langue et une bêta-lecture sur chaque texte. 

   Son avis

« Appels à texte comme romans ou même mémoires ! Et à des prix vraiment abordables, il vous propose de relire, de corriger dans sa globalité et en profondeur (accompagné de son fidèle petit compagnon, le logiciel Antidote) et d’annoter votre manuscrit pour le parfaire !

Thomas repasse deux à trois fois sur les textes pour noter des choses qu’il n’a pas vu lors de ses premières lectures, et s’adapte à ce que vous souhaitez retravailler dans votre écrit ; forme, fond, cohérence, fluidité, construction, etc. C’est notamment par lui que je suis passé pour mon roman “Før” et celui qui viendra encore après, “Carrés Blancs” ! »